Webmail : Pour les membres

L’APPEL DES LAÏCS POUR LE 31 DÉCEMBRE: DEBOUT CONGOLAIS, « LEVONS-NOUS ET MARCHONS »

déc 28th, 2017 | By | Category: Actualités

Les laïcs catholiques sont déterminés à aller jusqu’au bout pour, disent-ils dans un appel lancé le 17 décembre 2017, « sauver le Congo, notre patrimoine commun, dans le respect sacré des personnes et des biens ». Le 31 décembre 2017, jour symbolique coïncidant avec l’an 1 de l’Accord de la Saint-Sylvestre, le Comité laïc de coordination appelle à une marche populaire pour manifester le ras-le-bol de tout un peuple contre le pouvoir en place qui a décidé de prendre le pays en otage. Son appel est tout autant symbolique : « Levons-nous et marchons pour libérer l’avenir, et faire de notre pays une terre de paix, de dignité et d’hospitalité et de progrès pour tous ».

Le 16 février 1992, des chrétiens catholiques avaient bravé, sous la coordination du Comité laïc de coordination, la peur en investissant la rue pour réclamer la réouverture de la Conférence nationale souveraine. 25 ans après, les laïcs sont sur le point de récidiver, non pour la même cause qu’en 1992, mais plutôt manifester leur ras-le-bol contre la dérive dans laquelle est entraîné l’ensemble du pays.

Ils se sont fixé une date : le 31 décembre 2017, soit une année après, jour pour jour, la signature, sous l’égide de la Cenco (Conférence épiscopale nationale du Congo), de l’accord, dit de la Saint-Sylvestre. C’est une marche populaire qui est programmée en ce jour pour, disent-ils dans leur appel signé le 17 décembre 2017, « dire non à cet esclavagisme imposé par l’oligarchie au pouvoir ; non à la situation actuelle, en attendant de le faire de manière plus décisive dans les urnes en 2018 ; non à la confiscation de la démocratie par une poignée d’individus ; non au silence coupable et cynique des dirigeants face à la misère généralisée de la population alors que les richesses nationales continuent à être pillées et dilapidées ; non aux massacres des compatriotes du Kivu, du Kasaï et du Tanganyika ; non aux viols de nos mères, de nos sœurs et de nos filles ; non à l’utilisation des groupes armés pour terroriser et massacrer les populations ; non à la répression aveugle des manifestants pacifiques ».

Parce que le salut ne peut venir que de la volonté exprimée par tout un peuple, le Comité laïc de coordination appelle le peuple congolais à se lever comme un seul homme pour prendre en mains son destin. « Puisque nous voulons des élections crédibles, condition indispensable pour mettre fin à la crise actuelle de légitimité ; puisque nous voulons d’un Congo libéré de la dictature de la corruption, de l’impunité, de l’injustice et de la confiscation des institutions publiques et judiciaires, libérons-nous de la peur, de la résignation et de l’inertie coupable », lancent les laïcs.

Le 31 décembre, c’est toute la RDC qui se mettra en marche pour « sauver le Congo », prédisent les laïcs. Leur appel est pathétique. C’est un discours à la libération pour le réveil de conscience d’un peuple asservi. « Levons-nous et marchons, dans la capitale, en province ou à l’étranger. Levons-nous et marchons, femmes et hommes de foi ; croyants en Dieu et chrétiens de toute sensibilité ; toute personne éprise de justice et de paix ; de toute condition et de toute génération ; engagée ou non dans l’activité politique et associative. Levons-nous et marchons pour libérer l’avenir, et faire de notre pays une terre de paix, de dignité, d’hospitalité et de progrès pour tous ».

Une fin d’année agitée

Comme en 2016, la fin de l’année 2017 s’annonce très agitée. Et l’intrusion des laïcs catholiques dans le débat doit être prise très au sérieux. L’on se rappelle qu’au dernier trimestre de l’année 2016, ce sont les évêques catholiques qui s’étaient investis à fond dans les pourparlers directs du Centre interdiocésain pour éviter une désintégration de grande ampleur à l’expiration le 19 décembre 2016 du mandat du président Joseph Kabila. L’accord, signé le 31 décembre 2016, sous la conduite de la Cenco a permis de désamorcer la crise. Malheureusement, par la mauvaise foi de la majorité au pouvoir, cet accord a été totalement dénaturé dans sa mise en œuvre, exacerbant la crise, hypothéquant ainsi les chances d’une sortie de crise en toute douceur.

Une année après la signature de cet accord, la RDC se retrouve une fois encore devant une incertitude. La fin de l’année 2017 est entourée d’un mystère. Et le dernier appel du Comité laïc de coordination renforce cette incertitude.

Sur le plan politique, loin d’apaiser les tensions, la publication, le 5 novembre 2017, du calendrier électoral, est venue plutôt les raviver. L’adoption au Parlement, en mode kamikaze, de la loi électorale révisée n’a pas non plus résolu le problème. Au contraire, l’équation de sortie de crise en RDC s’est davantage compliquée. Revoilà la RDC replongée dans un cycle infernal – comme à la fin 2016.

Un flou persiste sur l’avenir du pays. D’où, l’appel à la mobilisation des laïcs lancé au peuple congolais afin qu’il se libère du joug actuel et sauve le pays, plus que jamais au bord du précipice. Et comme en 1992, le Comité laïc de coordination a repris le flambeau pour conduire le peuple congolais à la libération.

https://www.lepotentielonline.com/index.php?option=com_content&view=article&id=18415:l-appel-des-laics-pour-le-31-decembre-debout-congolais-levons-nous-et-marchons&catid=85:a-la-une&Itemid=472

Leave a Comment